ADOLESCENCE : DIFFICULTÉS , CRISES

 

    L'adolescence est, dans la vie d'un homme, une période de transition, entre l'enfance et l'âge adulte.
    Elle dure seulement 4 à 5 ans, de 13 à 18 ans. Malgré sa brièveté, c'est une période capitale, au cours de laquelle un enfant, dépendant (irresponsable?), se transforme en un adulte indépendant, responsable, sociable, apte à gérer son avenir. L'adolescence se déroule schématiquement en 2 phases plus ou moins distinctes:

    L'adolescence des garçons ne fait actuellement l'objet d'aucun contrôle ou de surveillance médicale : tout se passe comme si les changements corporels et psychologiques de cette période critique de la vie se déroulaient toujours sans aucune difficulté - ce qui n'est évidemment pas vrai. L'adolescence devrait être une période médicalement très surveillée, de façon à aplanir les difficultés d'une personne qui se trouve souvent incomprise, mal aimée, voire rejetée par la famille et la société.

    L'Andrologue pourrait être le pivot d'une surveillance minimale: en début, au milieu et en fin d'adolescence - pour dépister à temps des anomalies de développement tant physiques que psychologiques.

ANOMALIES PHYSIQUES

Il peut s'agir:

LES DIFFICULTÉS PSYCHOLOGIQUES

    L'adolescent doit quitter définitivement sa mère et accepter de devenir un homme indépendant: c'est la résolution de la 2éme partie du complexe d'Oedipe. A cette occasion, il doit choisir le mode d'expression de sa sexualité ("choix d'objet sexuel"): homo ou hétérosexualité.

    Autrefois, les rites d'initiation marquaient physiquement et psychologiquement cette rupture avec l'enfance et l'entrée dans le monde adulte et masculin. Actuellement l'absence de tels rituels est probablement une difficulté supplémentaire pour l'identification à l'adulte. Un monde fantasmatique s'ouvre à lui, construit dans les rêves mais aussi dans l'ignorance, les peurs, les angoisses, les fausses informations médiatiques, mais dont il doit devenir conscient pour apprendre à le gérer.

    L'adolescent vit ses premières expériences sexuelles (masturbation, pollutions nocturnes), et ses premiers désirs. L'éphèbe finit par avoir ses premiers rapports sexuels, souvent dans l'ignorance de la contraception, aussi bien masculine que féminine, et des maladies sexuellement transmissibles (il n'y a pas que le SIDA ou la syphilis). L'amie n'est pas forcément compréhensive.

    L'adolescent est confronté à tous ces obstacles, trop souvent dans la solitude : parents absents, éducateurs non concernés, médias irresponsables, copains aussi ignorants que lui... Ces difficultés d'adaptation, les échecs rencontrés sont facteurs de crises d'angoisse, de dépression ou d'agressivité, de troubles du comportement, de mauvais résultats scolaires.

LES DIFFICULTÉS SOCIALES

    La sortie du monde "protégé" de l'enfance pour affronter la réalité sociale, c'est-à-dire un monde régi par des lois auxquelles il faut se plier pour être accepté comme adulte responsable requiert une faculté d'adaptation que facilitaient les rites d'initiation. L'éphèbe est un "écorché vif" qui n'a pas encore construit sa carapace, un "pas-encore" adulte qui cherche sa propre identité, c'est-à-dire sa similitude à un modèle masculin et sa différence par rapport à ce modèle - différence liée à sa propre personnalité.

    Les réflexions désobligeantes ou maladroites sur sa peau, ses cheveux, sa barbe, ses poils (ou leur absence), sa propreté corporelle, son habillement, son comportement à la maison, à l'école ou ailleurs n'aident pas l'adolescent à s'adapter au monde de la Loi. Il en est de même des médias qui véhiculent trop souvent les images d'une vie superficielle, "sans problèmes", loin de la réalité, où trop souvent la violence est le mode unique de relation. En outre les modèles qui lui sont présentés: stars, chanteurs, sportifs, flics, escrocs etc..., ne facilitent pas l'identification à un modèle adulte structuré.

    Des mondes parallèles se créent (avec leurs codes et leurs langages), via le repli sur soi ou/et le repli dans la bande - mondes où le mode de communication avec les adultes est inexistant ou violent. La situation peut être tellement insupportable pour l'adolescent qu'il ne lui reste d'autre ressource que la fuite: dans la fugue, la drogue, les actes de violence, la délinquance - dont il lui sera difficile de sortir sans une grande compréhension des parents et des éducateurs. Il existe des centres médico-pédagogiques, peu nombreux, capables de prendre en charge un adolescent engagé sur une pente dangereuse, surtout pour lui-même.

    A fin de dépistage et d'information, une consultation systématique au moins à 14 ans et à 16 ans est préconisée pour tout adolescent. Cette consultation constitue en outre pour l'adolescent le premier contact avec l'andrologie et ses possibilités tout au long de sa vie d'homme.

       CLIQUEZ pour revenir au menu

PREV

CLIQUEZ pour nous écrire

NEXT

Copyright 1996,2003- Centre d'Andrologie-Urologie de Paris (CAP)-G.ARVIS-Tous droits réservés.