INFECTIONS GÉNITALES  -  M S T

Les infections observées au niveau de l'appareil génital peuvent être dues:

INFECTIONS A GERMES NON SPÉCIFIQUES

Les germes rencontrés peuvent être:

Les infections peuvent toucher n'importe quel organe génital.

VERGE

LA PAROI SCROTALE

DANS LA BOURSE

PROSTATE

    Le diagnostic est souvent aisé à faire; il faut identifier le germe en cause et le tester (antibiogramme). Le traitement utilise antibiotiques et anti-inflammatoire, sauf pour l'orchite ourlienne. Le traitement est d'un mois au minimum, pour parvenir à stériliser l'infection. Il faut rechercher le foyer d'où viennent les germes  pour le traiter et éviter la récidive.

INFECTIONS A GERMES SPÉCIFIQUES

    La tuberculose génitale ne s'observe quasiment plus.

    Des parasites peuvent infecter de façon chronique les organes génitaux (filaires, bilharzie).

    Les Maladies Sexuellement Transmissibles (M.S.T.) sont en pleine expansion, sans doute du fait d'une plus grande liberté sexuelle, de la contraception et des brassages de population lors de voyages ou d'émigration. Autrefois la blennorragie était la MST la plus fréquente. Actuellement, ce sont les maladies à virus qui sont devenues les plus fréquentes, en particulier les condylomes.  

    Les M.S.T. peuvent être dues à des microbes particuliers:

  • gonocoque, responsable de la blennorragie ou "chaudepisse"

  • tréponème, responsable de la Syphilis

  • mycoplasmes, chlamydiae qui ont un développement intra cellulaire

  • champignons: dont les plus fréquents sont les Candida

  • virus: cytomegalovirus (CMV)

  • virus HSV2 (Herpès)

  • virus HPV responsables de condylomes (ou "crêtes de coq")

  • virus HIV responsables du SIDA

  • parasites: phtirius, trichomonas

    En fait n'importe quel germe, microbe ou virus  peut être transmis au cours d'un rapport sexuel quelles que soient ses modalités:

    Les infections spécifiques peuvent toucher les mêmes organes génitaux que précédemment cités.

PUBIS

    Rappelons que la phtiriase du pubis se rencontre toujours: il s'agit de la contamination par le " morpion", qui provoque au niveau des poils du pubis une démangeaison surtout nocturne et des petits points rouges correspondant aux piqûres de l'insecte. Son traitement est aisé.

    En revanche, la gale est devenue rare.

VERGE

Les MST les plus fréquentes sont situées au niveau de la verge: 

  • les condylomes et l'herpès: voir Dermatoses Génitales

  • les uréthrites

  • le chancre syphilitique

  • le chancre mou, dû au bacille de Ducret, sans gravité à condition d'être traité.

    BOURSES

L'épididymite est le plus souvent une complication d'une uréthrite mal, ou insuffisamment traitée. Mal traitée elle peut provoquer l'infertilité par l'obstruction de la voie séminale ou/et l'infection du sperme.

L'orchite est devenue rare.

PROSTATE

La prostatite aiguë ou chronique peut aussi compliquer une uréthrite, dont le traitement est aussi difficile que la prostatite à germe non spécifique.

COMPLICATIONS GÉNÉRALES

La syphilis évoluait en provoquant des complications dites secondaires et tertiaires. Depuis l'apparition de la pénicilline, la syphilis est devenue nettement moins fréquente et l'apparition de ces complications exceptionnelle. Elle connaît actuellement une recrudescence.

L'infection à HIV ne sera pas traitée ici. Les dernières statistiques semblent montrer que, grâce à la trithérapie, la survenue du SIDA, est devenue 10 fois moins fréquente. Ce qui ne doit pas empêcher d'être vigilant et notamment d'utiliser le préservatif.

    Compte tenu de la pluralité des germes, l'infection doit être diagnostiquée le plus tôt possible. Ceci veut dire que la collaboration avec un laboratoire d'analyses accoutumé à la recherche de ces germes est nécessaire pour pouvoir les reconnaître, les traiter efficacement et éviter ainsi complications ou rechutes.

        Il est important:

                - de retrouver, si possible, la partenaire contaminatrice, pour la prévenir et qu'elle soit traitée

                - de traiter systématiquement la partenaire pour lui éviter une complication, dont la moindre n'est pas la stérilité (salpingite)

                - d'effectuer un dépistage systématique de la syphilis et du virus HIV chez les sujets présentant une MST, même une "simple" urèthrite

                - de ne jamais oublier d'utiliser un préservatif lors de rapports sexuels de rencontre.

                  Le préservatif reste la meilleure prévention de toutes ces infections. 

 

 

       CLIQUEZ pour revenir au menu

PREV

NEXT

Copyright 1996,2003- Centre d'Andrologie-Urologie de Paris (CAP)-G.ARVIS-Tous droits réservés.